Conseils aux jeunes conducteurs de moto

03/12/2021

Cette fois ça y est, vous venez de valider votre permis moto. À vous le plaisir de piloter sans être bridé, épié, cornaqué par la voiture de votre instructeur. Un nouvel espace de liberté s’offre à vous, un espace magnifique, magique, mais un espace également rempli de pièges qu’il va falloir apprendre à déjouer en tant que jeune conducteur de moto. Nous vous donnons ici quelques conseils pour ne garder que le plaisir de faire ce que vous pouvez enfin faire : de la moto !

Jeune conducteur, prenez le temps d’apprendre votre moto

Tout votre apprentissage, vous l’avez fait au guidon d’un modèle donné. Une unique moto qui vous aura accompagné durant votre formation. Une fois le permis décroché, la moto que vous avez choisie sera peut-être différente de celle que vous utilisiez durant vos cours. Quel que soit le choix que vous avez fait, prenez le temps de vous familiariser avec votre monture et d’en apprendre les contours. Chaque moto est différente, tant au niveau de la position, de la géométrie, du comportement moteur, de la manière de freiner, etc. Et même si vous optiez pour un autre modèle équivalent à celle que vous utilisiez au permis, dites-vous qu’un changement de marque de pneu, ou juste de type, pourra modifier sensiblement le comportement de votre deux-roues. Jeune conducteur, prenez le temps de vous sentir à l’aise dessus, d’assimiler ses fonctionnalités, d’ajuster les réglages. Votre moto, vous devez réussir à en faire votre prolongement. Et ça, on y parvient en prenant le temps.

Vous étiez déjà cyclomotoriste avant ?

C’est un avantage certain. Déjà, vous avez pu appréhender l’exercice particulier de rouler en deux-roues au milieu des autres usagers de la route. D’autant qu’avec votre cyclo aux performances limitées, le différentiel de vitesse avec les voitures était tel que vous pouviez parfois vous retrouver dans des situations délicates. Et puis les changements d’adhérence, la pluie, le froid, le soleil, les gravillons, la chaussée salie, etc., vous connaissez les pièges que ça peut représenter. Maintenant, une fois dit ça, tout n’est pas dit. Parce qu’entre un cyclo et une moto, le poids n’a rien à voir, l’encombrement général, la puissance, la vitesse, le freinage, non plus… Tout est différent, et on vous incite, comme stipulé au-dessus, à prendre la mesure de votre nouveau véhicule. Vous avez une expérience précieuse qu’il faut conserver, mais vous avez désormais à la compléter. Vous n’êtes qu’un jeune conducteur !

Faites-vous parrainer en tant que jeune conducteur moto

La moto, c’est dans 99% des cas une histoire de passion. Et dans un environnement passionnel, il est facile d’engager la conversation. Que ce soit dans les concessions, dans les moto-clubs, sur les réseaux sociaux, vous ne mettrez pas longtemps à rencontrer d’autres motards(es). N’hésitez pas à leur demander des conseils en tant que jeune conducteur. Des discussions autour de la pratique et des informations intéressantes à en tirer. Faites-vous « parrainer », écoutez ceux qui roulent depuis longtemps et écoutez-les partager leur expérience. Il y aura forcément des choses à retenir, peut-être pas tout, vous aurez sûrement à faire un peu de tri, mais tendez l’oreille, ce ne sera jamais dans le vide.

Faites des sorties en groupe

Partager une balade en groupe, c’est l’occasion de voir comment les autres appréhendent la conduite, de voir comment ils se positionnent dans le trafic, comment ils amorcent un virage, comment ils gèrent un dépassement, etc. Alors bien sûr, la bande qu’il faut choisir, ce n’est surtout pas celle du Joe Bar Team ! Optez bien plus pour des motard(es) bien conscients de leur responsabilité de vous accompagner dans l’une de vos premières sorties. Surtout, même si vous roulez en groupe, roulez à votre main. Gardez de la marge, et vos distances, restez dans ce que vous savez faire. Ne vous laissez pas griser, ne forcez pas. Ne faites pas les choses que réalisent devant vous des pilotes expérimentés si vous ne vous en sentez pas capables. Profitez au contraire des arrêts pour poser des questions et enrichir votre savoir de jeune conducteur de moto. Ensuite, essayer d’appliquer les consignes, kilomètre après kilomètre. Encore une fois, un savoir durable se construit dans le temps.

En tant que jeune conducteur moto, appréhendez ce nouvel environnement

Vous étiez automobiliste ? Vous voilà motard, avec de nouvelles contraintes à accepter, et de nouvelles sensations à assimiler. En automobile, la notion d’équilibre n’existe pas. Quant à la notion d’adhérence, elle reste moins aléatoire que sur un deux roues. À moto, les gravillons, les nids de poules, les bandes blanches, les goudrons rapiécés, autant de risques de pertes d’adhérence et donc de chutes. Et on parle là par temps sec. Alors sous la pluie, dans le froid, ou sur le séchant, les risques s’avèrent encore plus élevés. Vous allez devoir expérimenter ces situations, comprendre le grip de votre pneu, sa tenue, sa limite, l’incidence du travail de vos suspensions, etc. Règle d’or, prenez de la marge !

Gardez les yeux grands ouverts

En moto peut être encore plus qu’ailleurs, la vue c’est la vie. Alors, gardez les yeux grands ouverts, regardez devant, derrière et sur les côtés. Ne ménagez ni vos yeux lancés dans un incessant gymkhana oculaire, ni vos cervicales, regardez partout ! Gardez à l’esprit que la vulnérabilité des utilisateurs de deux-roues impose une vigilance de tous les instants, mais aussi une grande réserve. Ne croyez que ce que vous voyez, et si vous ne voyez pas, n’y allez pas ! Même si le code de la route est pour vous, si le feu est au vert, si la priorité vous offre le passage, dîtes-vous que ce n’est qu’une information, surtout pas une assurance vie. Vérifiez avant de vous engager qu’un autre véhicule, distrait ou n’ayant que faire de votre bon droit, n’ait décidé de vous couper la route… Méfiez-vous toujours des autres, et restez très vigilant. Le danger ne vient pas que des jeunes conducteurs !

Restez connecté uniquement à la route

Si les technologies liées à la communication se développent de plus en plus, vous permettant depuis vos casques d’écouter de la musique, de téléphoner, d’écouter vos messages ou vos SMS, on ne peut que vous exhorter à les bannir. Notre vulnérabilité impose une concentration maximale, une concentration bien supérieure à celle des automobilistes, une concentration incompatible avec tous ces systèmes de communication et de divertissement. Prenez l’habitude d’oublier ces casques connectés, que vous soyez jeune conducteur ou expérimenté d’ailleurs. Cette technologie est une hérésie à moto.

Quand et où mettre un macaron A sur une moto ?

Tout comme pour les jeunes conducteurs auto, vous devez, en tant que jeune conducteur moto, joindre un disque A sur votre moto qui indique votre permis probatoire. Cela s’applique à l’ensemble des jeunes motards pour une durée de 2 ans à partir de l’obtention de leur permis. Toutefois, si vous êtes un jeune conducteur titulaire d’un autre permis depuis plus de 2 ans, tel que le permis B par exemple, vous êtes alors exempté d’apposer le disque A sur votre deux-roues motorisé. Le disque A doit être bien visible et placé à l’arrière de la moto du jeune conducteur. Attention toutefois à ne pas masquer les feux ou la plaque d’immatriculation.

Quelles vitesses moto jeune conducteur ?

Les jeunes conducteurs moto tout comme chaque nouveau conducteur moto, doivent respecter des limitations de vitesse bien précises. Ainsi, vous ne devrez pas dépasser 80km/h sur route, 100 km/h sur les routes à deux voies séparées par un terre-plein central, et 110 km/h sur autoroute.

Obtenir mon Devis Moto